Real Madrid vs. Atletico Madrid : À Simeone d’affiner son jeu.

En 5 ans, Diego Simeone est devenu une véritable icône avec l’Atletico Madrid, et la progression du club sous sa houlette a conquis le paysage footballistique. Avec le collectif comme pièce centrale de son projet, il a su construire l’une des meilleures équipes italiennes de ces dernières années. Italienne par la grande capacité intellectuelle de son équipe sur le plan tactique, par l’interprétation optimale de l’espace dans les registres offensif et surtout défensif, par l’excellence des transitions, les valeurs prônées (collectif, sens de l’effort, travail ensemble, camaraderie) mais surtout dans le souci du détail. Aujourd’hui, le derby de Madrid se jouera au Santiago Bernabeu en demi-finale aller de Ligue des Champions, mais les joueurs de Zidane affronteront en réalité la meilleure invention du Calcio. 

Enfin, cela était surtout vrai lors de la saison passée. Depuis, l’Atletico Madrid a connu un affaiblissement et la machine n’y arrive que par alternance. La brillance du projet footballistique résidait dans la capacité de l’équipe à alterner parfaitement dans ses intentions de jeu : capable de presser l’adversaire avec une intensité folle et de l’asphyxier complètement ou encore de se replier en maitrisant totalement le match en rendant l’équipe adverse totalement apathique. Le choix du temps ou de l’espace n’était pas un problème pour les Colchoneros.  Lorsqu’il fallait attaquer aussi, la maturité de cette équipe lui indiquait quelle voie prendre : contrôler le rythme, travailler pour rechercher les zones intéressantes, privilégier les centres ou les combinaisons. Lors des grandes affiches ou celles moins réputées, l’Atletico Madrid rarement se trompait sur le plan à tenir.

Maintenant l’Atletico Madrid n’est plus aussi transcendante et trop souvent, ce qui semblait automatique avec elle, parait mécanique. L’équipe ne joue plus que dans une seule configuration, attendre ou attaquer. Et endosse une responsabilité de plus parce qu’elle doit réagir.  Ce qui par exemple s’est déroulé lors de la Finale de la Ligue des Champions où elle a attendu le but adverse pour mettre le bleu de chauffe ou encore lors du match retour de Liga, il y a quelques semaines avec cette égalisation dans les ultimes instants du match (1-1). Lors du match aller, elle est passée complètement au travers avec une lourde défaite (0-3) au Vicente Calderon.

L’Atletico Madrid perd souvent donc contre son rival madrilène surtout en Ligue des Champions. Le Real Madrid a, lors des 3 années passées, éliminé 3 fois son voisin. Un des responsables de ces échecs ? Diego Simeone, car dans sa préparation d’avant-match, l’entraineur argentin est trop calculateur en cherchant d’abord à neutraliser son adversaire et ne prenant aucun risque dans la construction. Sur le plan psychologique, les éliminations répétées et les appréhensions de l’entraineur, brident des joueurs qui ne demande qu’à se mettre à la hauteur de l’événement. 

Une situation qui néanmoins sera atténuée par le match retour qui se tiendra au Vicente Calderon. Il est peu probable que la qualification se joue sur ce seul match aller, les options existent donc. Mais il faudra pour les Rojiblancos limiter l’apport de Marcelo et Carvajal en empêchant le décalage vers les latéraux. Les hommes de couloir des Blancos sont les principales armes offensives en terme de création. Leur réputation dans la qualité du jeu aérien sera mise à l’épreuve face au Real Madrid, bien qu’en l’absence de Gareth Bale et avec la titularisation d’Isco, les centres seront moins recherchées. Mais la menace sera existante lors des coups de pieds arrêtés.

Bien qu’on insiste sur les mesures à prendre pour l’Atletico, ils ne doivent pas oublier des opportunités qui se présenteront. Subir tout le match sans craquer est impossible, il faudra donc ressortir, contrôler le match et créer avec Griezmann entre les lignes. Sans un latéral droit de métier, Simeone pourrait mettre un défenseur central dans la zone de Cristiano Ronaldo pour le contrer dans ses aptitudes de finisseur. Le potentiel créatif de son équipe sera donc affaibli.

Le Real Madrid, toujours présent dans la course au titre en championnat, entamera cette double confrontation en confiance. Ses titulaires habituels seront présents, le banc avec Vasquez, Asensio, Morata, James et Kovacic offre de vraies alternatives. Sans Bale, Isco sera probablement titulaire et l’espagnol actuellement traverse une excellente période. Avec Marcelo, Isco sera le danger numéro 1 dans la progression vers l’avant, dans la création, pour faire le décalage. Pour l’Atletico Madrid, il ne faudra pas trop laisser d’espace au milieu offensif; s’il jouera dans une position plus excentrée au moment de défendre, il reviendra vers l’intérieur laissant de l’espace aux latéraux.

marcelo-isco-almeria-real-madrid-la-liga_wgjv04uhq2cb1jhjqj2xudwgp

Chacune des équipes aura ses opportunités dans cette rencontre principalement parce que le Real Madrid joue trop sur le momentum de la rencontre, et accélère parfois lorsque la maitrise s’impose. Ce qui profite souvent avec des victoires de dernière minute mais qui explique la défaite lors du Clasico par exemple. A domicile, ils chercheront à se mettre une position favorable, mais il ne leur faudra pas oublier, poussé par l’incitation du public, qu’une manche retour aura lieu.

Onze probables :

Real Madrid : Navas; Carvajal, Ramos, Varane, Marcelo; Modric, Casemiro, Kroos; Isco; Benzema, Ronaldo

Atletico Madrid : Oblak; Lucas, Godin, Savic, Filipe Luis; Saul, Gabi, Koke, Carrasco; Griezmann, Gameiro.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s