À propos

« Les années ont passé, et j’ai fini par assumer mon identité: je ne suis qu’un mendiant du beau jeu. Je vais par le monde, chapeau, à la main, et, dans les stades, j’implore: « une belle action, pour l’amour de Dieu.
Et quand j’assiste à du bon football, je remercie pour ce miracle, en me fichant pas mal que ce soit tel club ou tel pays qui me l’offre. »

Eduardo Galleano